AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPage Facebook

Partagez | 
 

 Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium

Aller en bas 

A vos votes !
Texte d'Alexe
40%
 40% [ 2 ]
Texte de Nasturtium
60%
 60% [ 3 ]
Total des votes : 5
 

AuteurMessage
Nasturtium
Veuve noire
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 23
Localisation : LR.

MessageSujet: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Sam 6 Nov - 16:53

Sujet du thème : Musique
Sourd Muet
Il / elle est sourde. Il n'a jamais pu entendre un son de sa vie. Pourtant il perçoit les bruits, la musique, racontez en utilisant les 4 autres sens de l'être humain (vue, toucher, gout, odorat), les sensations que peuvent provoquer dans son corps les vibrations de la musique, ou les images qui lui viennent en tête quand le sol et l'air se met à trembler de notes autour de lui ou d'elle.

(Sujet par LindsayDole)


Sujet du thème : Uchronie
La Révolution Française a bouleversé son pays. Réprimée pendant des années, la colère du peuple une fois à son apogée a renversé un régime instauré depuis des siècles.
Mais si la Révolution Française n'avait pas eu lieu ? Comment serait-ce aujourd'hui ?

(Sujet par Isis)

Consignes :
• Choix de la personne libre
• 40 lignes minimum, 140 maximum.
• Police Times New Roman, taille 12
• Si vous choisissez d’envoyer votre texte par mail, votre texte doit être au format .doc ou .odt


Vous avez jusqu’au 26 novembre pour envoyer vos textes !
Soit par MP à Aria
Soit par mail à l’adresse veuves.noires@live.fr

LES VOTES SONT OUVERTS !
VOUS AVEZ 3 JOURS POUR VOTER !



Dernière édition par Nasturtium le Lun 6 Déc - 21:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aria
Veuve noire
avatar

Messages : 2172
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 31
Localisation : Villeurbanne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Dim 28 Nov - 17:19

Texte d'Alexe :

Je les regarde tous. Leur agitation. Je ne sais pas même pourquoi ils sont là. Je ne sais pas pourquoi je suis là ! Juliette a juste été capable de me traîner ici, « de gré ou de force » qu'elle m'avait dit, ce fut de force ! Je la regarde, au milieu de tous ces gens, je la regarde leur sourire et j'imagine leurs rires. Je la regarde et le noir. Juste le noir dans la pièce, avant que quelques lumières tamisées se rallument. Je ne la regarde plus, je suis obnubilé par le rideau rouge qui se lève. Il y a des gens, beaucoup, ici, sur cette estrade, tous, étranges. Ils sont assis sur des chaises, mais ce n'est pas cela qui est étrange. Il sont assis sur des chaises et portent des objets, étranges, et différents. Quelques uns sont les mêmes. Ils se ressemblent et je panique. Je crois en avoir déjà vu certains, je ne me rappelle plus bien. Cette forme, cet entonnoir au bout d'une tige dorée et parsemée de boutons... J'essaye de calmer ma respiration, mais ils sont si près ! J'ai l'impression qu'ils se rapprochent de plus en plus de moi et je ne comprends pas. Je ne sais pas ce qu'il se passe, je ne sais pas ce que Juliette fait là, je ne sais pas ce que je fais là, je suis perdu, au milieu de toute cette agitation que je perçois à peine. Juliette, celle-là même qui m'a poussée jusqu'ici, m'attrape le bras. Je frissonne, je la regarde, j'ai peur, mes yeux le lui disent, « qu'est-ce que je fous là ? Mais pourquoi m'as-tu embarqué ici ? Bon Dieu, à quoi pensais-tu ? ». Elle me répond d'un sourire. Je suppose qu'elle voulait me rassurer, mais ce sourire me glace le sang. Les gens autour de nous s'assoient et attendent. Je ne sais pas quoi. Alors, j'attends avec eux, comme eux. Non, pas comme eux. Ils ont l'air détendus, eux. Moi je regarde ces machines étranges et je me pose toujours cette question, qu'est-ce ?
Un homme, étrange, étrangement vêtu, monte sur scène. Je le regarde et j'esquisse un sourire, c'est cette veste en queue de pingouin ! Juliette me pince la main, je sens cette douleur courir sur ma peau et la fusille du regard. Elle reproduit mon geste et me fusille, elle aussi. Alors ça fait mal, une seconde fois, mais à l'intérieur.
Puis tout à coup, je vois la crispation sur le regard des gens. Cette crispation mêlée à l'attente, l'extase, le plaisir, le bonheur. Et moi, que ressens-je ? Rien, strictement rien. Je reste stoïque, imperméable maintenant à tout sentiment. Je vois ces gens, en face de moi, sur scène, qui s'agitent. Leurs mains ont attrapé des tiges, certaines, d'autres tiennent juste ces objets collés à leur bouche. Et ils s'agitent, tous. Dans la salle, une douce odeur s'élève. Mais je suis toujours sur mes gardes, je ne comprends toujours pas.
Puis, d'un coup, l'homme habillé de cette veste, étrange, bouge les bras d'un mouvement plus ample. Et ça me frappe. Ça m'arrive de plein fouet sur le visage. Ça parcourt ma peau. Je sursaute. Mes yeux sont grand ouverts, pupilles dilatées. Ce qui se passe, je ne le sais pas. Mais je suis apaisé, enfin. Je vois ces gens bouger en harmonie, et mon cœur les suis, dans ma poitrine. Il frappe à toute allure sur ma cage thoracique, et se calme. Il repart de plus belle, et je commence à m'essouffler. Mes lèvres sont sèches, ma bouche est pâteuse, mon nez se bouche, je ne sens plus l'épaule de Juliette contre la mienne. Seule me reste la vue. Je ferme les yeux. Et, paupières closes, je vois toujours ces gens, épanouis de bonheur, sourire devant moi, leurs objets, étranges, vibrant sous leurs mains. Et mon corps est parcouru de ces vibrations multiples, exquises. Tous mes muscles se contractent, mes jambes, mes bras se raidissent, mes mains se referment sur les accoudoirs, mes paupières tressautent. Des perles de sueur commencent à couler le long de mes tempes. C'est comme si mon cerveau compressait ma boîte crânienne, comme si ma tête allait exploser. Je sens mon sang ne faire qu'un tour et monter, monter jusqu'au sommet de mon corps, monter à ma tête. Mes yeux sont fermés et ne se rouvrent plus. Mais les impulsions musculaires se calment ; mes muscles se relâchent. J'atteins alors un état de plénitude extrême. Je me sens voler, je me sens flotter dans l'atmosphère, toujours bercé par ce rythme que seul les battements de mon cœur savent reproduire.
Un coup brusque me fait retomber sur mon siège, mes mains s'accrochent au tissus rouge, mon corps tremble, mon visage se crispe. Je souffle, difficilement. Ce souffle devient saccadé. Je transpire, j'ai chaud, terriblement chaud. J'étouffe, ma gorge se serre, Mon Dieu que j'aime ça ! Je crois mourir et c'est cette douce extase qui m'emporte. Je n'en peux plus. Tout mon corps me fait mal. Je ne supporte plus. Cette émotion, elle va me tuer. Elle me ravage. Je vais exploser. Je sens ce plaisir en moi, mêlé à cette inquiétude. Je sens ce bonheur. Je ressens cette extase. Je crois m'évanouir.
Tout stoppe. Je rouvre les yeux. Les objets ne bougent plus, les cordes ne vibrent plus. Je regarde Juliette. Elle me regarde, je crois qu'elle n'a cessé de me regarder tout le long du spectacle. Et un sourire, radieux, illumine son visage. Je n'avais jamais vu ses lèvres autant s'étirer. Je ne l'avais jamais vue si comblée, si épanouie, respirant un si pur bonheur. Surtout, je ne l'avais jamais vue exprimer un tel sentiment en me regardant. Elle plonge ses yeux si profond en moi. Une larme coule le long de ma joue. Et je comprends. Je comprends enfin pourquoi elle m'a emmené là. Je comprends. Je suis sourd, mais je viens de comprendre ce qu'était un musicien et ce que la musique signifiait ; l'extase, la jouissance, la plénitude de l'âme, le bonheur à l'extrême.


♫ Life is not a fairytale ♫


Dernière édition par Aria le Dim 28 Nov - 17:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://toiledesmots.forumactif.org
Aria
Veuve noire
avatar

Messages : 2172
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 31
Localisation : Villeurbanne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Dim 28 Nov - 17:19

Texte de Nasturtium :

Un homme est assis face à un cappuccino fumant, sur la terrasse d'un café. Il contemple en silence la mousse blanche parfumée.
Plus loin, brusquement retentit une sirène d'ambulance. Il n'y prête pas la moindre attention.
A la table voisine, une tasse tombe et se brise dans un grand fracas. Il ne relève pas même la tête.
Juste derrière lui, un serveur l'apostrophe afin qu'il règle son addition. Il ne bouge pas d'un cil. Alors le serveur exaspéré lui assène une petite tape sur l'épaule. Enfin l'homme se retourne, baisse les yeux sur le ticket de caisse qui lui est présenté et sort un billet de sa poche. Sans daigner le remercier, le serveur s'en empare et tourne les talons. L'homme s'en retourne à son breuvage qu'il finit par boire d'une traite. Puis, réajustant ses gants en cuir sur ses mains gercées, il quitte les lieux sans plus tarder.
L'homme marche, les yeux fixés sur les pavés gras des ruelles. Il déambule, sans autre but que de poser un pied après l'autre. Il est seul. Pas un chat pour troubler le silence de la ville endormie. Tout évoque la sérénité. De ses soupirs s'élève une douce brume blanche. C'est une de ces nuits calmes comme il les aime.
Soudain, un frisson le parcourt. Un frisson doux, à peine perceptible, et pourtant c'est comme s'il avait reçu une décharge électrique.
L'homme s'arrête, se concentre. D'abord, il se redresse. Devant lui, seul apparaît le fin brouillard hivernal, qui s'enroule et se déroule autour de lui telle une danse mystérieuse. Puis il hume l'air et ressent les majestueuses vibrations qui l'accaparent, pénètrent son être, s'insinuent dans ses veines jusqu'à trouver son cœur et se calquent sur ses faibles battements. Alors l'homme entrouvre ses lèvres. Sur son palais, des ondes se meuvent et délivrent leur saveur sucrée. Le goût du café brûlant dans sa gorge s'estompe et toute trace d'amertume laisse place à la subtile finesse d'un cocktail enchanté. Rien ne saurait être meilleur. Enfin l'homme ôte ses gants et la bise glacée emportée par une mélodie muette lui caresse les doigts avec la délicatesse d'une étole de soie.
L'homme esquisse un sourire et tend la main. Il perçoit les ondes suaves que sème le vent dans son sillage, il entend leur appel. Ainsi il fait un pas, et un autre encore. Il avance vers elles, les ondes le conduisent. Plus que jamais, elles vibrent, elles vivent en lui.
De longues minutes passent. L’homme continue son cheminement, porté par les pulsations dont la puissance augmente au fil de ses pas. Finalement il atteint son but : devant lui se dresse un immense édifice. Des arches se profilent à perte de vue, encadrées par des anges de pierre arborant innocemment leurs lyres. Des feuilles d’or ornent la devanture de la grande porte de bois. L’homme admire la magnificence du monument. Pourtant, il est plus subjugué encore par l’éclat des vibrations qui résonnent dans son esprit. Elles le sillonnent de toute part, l’envoûtent, l’attirent inexorablement à franchir cette lourde porte. L’homme s’effectue et parvient jusqu’à un hall grandiose et baigné de lumière. De gigantesques lustres ornent le plafond d’étincelles dorées qui elles-mêmes se répercutent sur les murs et les sols couleur d’or. L’homme les suit, tout tremble autour de lui. Il pousse enfin l’ultime porte battante.
Là plus rien d’autre n’a d’importance à ses yeux. La salle est plongée dans l’obscurité. Seule la grande scène noire est illuminée. En son centre, se tient une femme. Une femme des plus superbes, aux cheveux d’or brillants comme le satin de sa robe et aux yeux verts aussi éblouissants que deux émeraudes. Ses formes douces et généreuses sont parées d’une toilette remarquable. Et de sa bouche rouge carmin s’échappe la plus merveilleuse des musiques.
L’homme reste paralysée tant l’émotion le submerge. Par sa vue, il observe la plus belle des femmes. Par son odorat, il ressent les vibrations de chaque note. Par son goût, elles libèrent leurs charmes les plus secrets. Sous ses doigts, il distingue chaque frémissement de l’air, provoqués par le son de sa voix. Alors il croise le regard de la sublime cantatrice et toute la magie s’opère. En son for intérieur éclate un feu d’artifice de couleurs, de nuances et de notes. L’obscurité fait place à la lumière, la femme rayonne telle un soleil. Leurs cœurs se mettent à battre de concert. Sa voix monte crescendo. Les ondes autour de lui s’unissent… Puis elle se tait. Le temps reste en suspend. Les cœurs cessent de battre. La lumière s’éteint. L’opéra se termine.
Cette femme, cette voix, l’homme peut la ressentir depuis le bout du monde. Et qu’importe qu’il ne l’ait jamais entendue de sa vie, il sait pertinemment que c’est la plus belle voix du monde ; et la plus belle des musiques qui puisse exister.


♫ Life is not a fairytale ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://toiledesmots.forumactif.org
Isis
Correcteur/trice
avatar

Messages : 1247
Date d'inscription : 13/11/2009
Age : 38
Localisation : Auvergne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Mar 30 Nov - 19:44

Je n'ai qu'un mot à dire : bravo à vous deux !

Le sujet n'était vraiment pas facile à traiter, et vous vous en êtes très bien sorties. Après j'ai une légère préférence pour le texte de Natu, peut-être plus fluide.

Mais Alexe, tu passes très bien les émotions. Le seul reproche que j'aurais à faire, c'est la répétition du mot "étrange". Ca alourdit ton texte et c'est fort dommage.


Je nage dans le bonheur avec mes trois anges et leur père...



Un faune et des fleurs : http://isis2.gamingblog.fr/
Le Legacy de la famille Des Rivages : http://isis3-legacy.gamingblog.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://isis2.gamingblog.fr/
Vitaly
Correcteur/trice
avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 26/03/2010
Age : 23
Localisation : Que Nantes soit bretonne ! ;)

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Mer 1 Déc - 17:35

Bravo, sincèrement bravo. Les textes sont superbes, c'est divin.

Ma préférence est sans contester pour celui de Nastu. Je suis transportée. C'est magnifique, c'est ... J'ai pas de mots, j'adore ton texte. La beauté des mots dans le contexte et sur un sujet pas si simple, c'est époustouflant.

Alexe, ton texte est aussi superbe que celui de Nastu mais comme Isis, la répétition du mot "étrange" me freine dans la lecture. Et pourtant, les émotions de Juliette sont très bien retranscrites et c'est magnifique.

Bravo aux deux !
Revenir en haut Aller en bas
Nasturtium
Veuve noire
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 23
Localisation : LR.

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Jeu 2 Déc - 0:32

Merci beaucoup Vitachou, ça me touche beaucoup !
Merci aussi Isis.
Et bravo à toi, Alexe, c'est vrai que les émotions sont magnifiquement retranscrites. On s'y croirait !

Edit : j'ai aussi rallongé le temps de votes. Je pense qu'on va pouvoir les clore ce week-end !
Revenir en haut Aller en bas
Akura
Journaliste
avatar

Messages : 701
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Shangri-la

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Jeu 2 Déc - 12:47

Alexe et Nasturtium, j'ai mis au moins deux minutes à retrouver mon souffle!!

Quel rythme! Quel équilibre!! Fortissimo, crescendo, mais vous ne craignez pas aussi la plus douce des mesures, passant d'un scherzendo à un pianissimo tout gentil et émouvant...

Pour le style et les belles phrases, ma préférence va à Nasturtium.
Pour l'émotion et le fond, à Alexe.

J'y réfléchirais, mais bravo à vous deux


Sommes-nous...

"Tout ce qui sort de la bouche du Pink Floyd ne peut - par définition - être mauvais."
Revenir en haut Aller en bas
http://akura.blogspace.fr
Avae
Critique
avatar

Messages : 179
Date d'inscription : 18/06/2010
Age : 22
Localisation : La où vous ne me trouverez pas

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Sam 4 Déc - 21:01

Vos deux textes sont magnifiques... ça n'était pas simple de choisir !
J'ai une petite préférence pour le texte de Nastu qui m'a vraiment émue. Ce qui m'a épatée, et ça dans les deux textes, c'est l'émotion que vous avez réussi à transmettre. Bravo à vous deux !
PS: Alexe, Juliette a vraiment un prénom magnifique !!
Revenir en haut Aller en bas
Aria
Veuve noire
avatar

Messages : 2172
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 31
Localisation : Villeurbanne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Mar 7 Déc - 1:40

allez, votes clos =)
Nastu remporte cette battle avec 3 voix contre 2!


♫ Life is not a fairytale ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://toiledesmots.forumactif.org
Isis
Correcteur/trice
avatar

Messages : 1247
Date d'inscription : 13/11/2009
Age : 38
Localisation : Auvergne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   Mar 7 Déc - 12:24

Félicitations, Nastu. Et bravo, Alexe.


Je nage dans le bonheur avec mes trois anges et leur père...



Un faune et des fleurs : http://isis2.gamingblog.fr/
Le Legacy de la famille Des Rivages : http://isis3-legacy.gamingblog.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://isis2.gamingblog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium   

Revenir en haut Aller en bas
 
Battle n°3 : Alexe VS Nasturtium
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La V8 de battle
» Battle beyond the stars
» Battle on Hoth Diorama
» Battle chronicler
» [Manga] Battle Royale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Fermé] La Toile des mots [Fermé] :: Concours de tissage :: Battle du mois de Novembre-
Sauter vers: