AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPage Facebook

Partagez | 
 

 [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]

Aller en bas 

à vos votes !
Texte d'Akura: à travers le miroir
50%
 50% [ 4 ]
Texte de Koelia : à contre-sens
50%
 50% [ 4 ]
Total des votes : 8
 

AuteurMessage
Aria
Veuve noire
avatar

Messages : 2172
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 31
Localisation : Villeurbanne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Mer 30 Juin - 22:47

Vous avez 3 jours pour voter ^^

Texte d'Akura

A travers le miroir

Et dehors, on entend les cris des enfants, leurs rires allègres et légers, le chant des femmes. Partout leur joie se manifeste, une joie qui restera longtemps gravée dans l'écho des montagnes environnantes. Dans ce village solennel habillé de pourpre et d'or, on fête le règne de la maîtresse du clan, ton règne. Toi, tu es assises dans la Salle Boisée, la grande salle où de temps en temps se déroulent les réunions. Pour l'occasion, tu portes un kimono pourpre, si chatoyant qu'il t'éblouit parfois. Tu es assise dans la chambre de silence, les rumeurs de la liesse ne te parviennent que très peu. Dans cette vaste salle vide, tu attends qu'on ouvre les portes pour sortir au grand jour. Sur les genoux, droite, tu ne bouges pas, tu te vêts de poussière, tu peins un faux sourire sur ton visage menteur.

Puis légèrement, tu tournes la tête et regarde l'enfant dans le miroir. D'un coté, ce devrait être toi mais tu sais que ce n'est pas vrai, que tu n'es pas - comment dire - normale. Tu es née dans la peau d'une vieille femme et aujourd'hui, dans ce corps gracile et jeune, tu fêtes tes cinquante ans de règne. Durant cinquante ans, tu as toujours tenté de faire ce qui te semblait juste, ce qui semblait le mieux pour le village. Tu as protégé cette foule, qui dehors t'attends.

Tu te lèves, t'approche du miroir posé dans un coin, et tes doigts rencontrent ceux de l'enfant au regard dur. Tu aimerais croire à ton faux sourire, à la sécurité que t'offre les montagnes. Tu aimerais croire que tu ne te sens pas seule, mais à ce moment-là, ton reflet te prouve le contraire. Tu vois la tristesse dans ses yeux gris. Alors tu te retournes et contemple l'absence qui hante depuis si longtemps cet air que tu respires. Dans ce corps juvénile, trop étroit pour ton âme, tu as envie de pleurer. Puis vite, tu te reprends. Quelle égoïste tu fais. Quelle pauvre hère, accrochée à des souvenirs qui ne reviendront jamais. Tout le village est en fête pour toi et tu trouves encore une raison d'être triste. Quelle pauvre femme.

Les portes s'ouvrent, tu comprends qu'il est l'heure pour toi d'apparaître. D'un pas raide et digne, un sourire peint sur ta peau, tu sors et la lumière du soleil ruisselle sur ta peau. Tu t'arrêtes au sommet des escaliers qui mènent au manoir et ouvre les bras, comme une grand-mère accueillerait son petit fils. Tu ouvres les bras, et au loin milles oiseaux s'envolent. La foule t'applaudit, scande ton nom. Alors tu descends, escortée de deux gardes. Et par ce geste, par l'acte de descendre, tu déclares les réjouissances ouvertes jusque tard dans la nuit.


Il est tard à présent. Fatiguée par cette longue journée, allongée sur ton lit, tu repenses à la joie des habitants du village, tu les chéris une fois encore. La journée a été si belle, mais maintenant les bruits de la fête se sont tus. Ne subsiste que ta respiration saine et fragile.
Au bout d'un instant, lorsqu'un rayon de lune pénètre dans ta chambre tu comprends qu'il est l'heure. Toujours vêtue de ton kimono chatoyant, tu sors de la pièce, glisse dans les couloirs, discrètement, sans te départir de ce port de tête altier. Déformation professionnelle. Pour finir, tu arrives dans la Salle Boisée où la lumière s'affadit. Si tu étais vraiment l'enfant que tu parais être, tu aurais peur. Seulement tu es adulte, et tu as vécu bien pire. Le léger chant du ruisseau accompagne tes pas et te guide vers l'estrade où tu te hisses. Puis tu t'installes, comme chaque nuit, enveloppée de nuit et de solitude. Tu gardes les yeux fixés vers la porte d'entrée puis tu attends. Une fois de plus, tu deviens poussière, au creux d'une absence oppressante.

"Je t'attendrai. Chaque nuit, lorsque le jour change. Je serai dans la Salle Boisée."

Ces mots tournent en boucle dans ta tête, ces mots que tu as toi-même écrit il y a si longtemps. En silence, tu penses à ton village perdu au milieu des montagnes, loin du monde et ses dangers. Quelque chose dans ta gorge te fait mal. Tu balayes la salle du regard aperçoit une forme dans le miroir. Une femme âgée, assise sur ses genoux, vêtue d'un kimono fade, comme éteint. Elle te contemple avec dureté, et tu manques de hurler lorsque sa voix résonne dans la pièce.

"Pourquoi t'accrocher à des illusions? Tu sais comme moi que jamais ils ne reviendront. Arrête de te murer dans la poussière. Arrête de mépriser le village, tu leur fais de la peine."

Ces mots tranchants font crier quelque chose en toi. Tu n'arrives plus à détacher les yeux de ceux de cette femme si dure, celle que tu aurais dû être.

"Tu as toujours été égoïste, toujours à ne penser qu'à toi."

Tu tentes de démentir mais ta bouche refuse de s'ouvrir. La chose en toi continue de hurler à la mort, et quelque part, tu sens une faille naître. Tu ne sais où, tu sais juste qu'elle est en toi, qu'elle est suffisamment grande pour faire mal.

"Quand je pense à ta pauvre mère qui a tant souffert et que tu as renié..."

Tu te lèves brusquement, livide.

-Ce n'est pas vrai!! C'est Mère qui m'a rejetée!!

Alors le ruisseau se tait, et tu vois le reflet se détacher du miroir, traverser le Possible, se retrouver dans la même salle que toi.

"Elle a enfanté d'un monstre, c'est bien normal..."

Tu as mal. Tes larmes coulent, coulent, coulent. Tu as peur de cette femme, tu as peur qu'elle arrive jusqu'à toi. Elle marche d'un pas lent, et tu as une soudaine envie de te cacher.

"La Maîtresse du Clan... laisse-moi rire. Tu ne vaux rien, tu ne vaux rien", dit-elle en t'agrippant le poignet. Tu hurles, tu te débats alors qu'elle te traîne vers le miroir. Avec effroi, tu comprends qu'elle veut t'enfermer dans le miroir. Tu tentes de la griffer, mais tes coups ne semblent pas lui faire mal. Puis d'un seul coup, elle te gifle, fort.

"Il est temps que les choses reviennent à leur état normal. Les monstres ne vivent que dans les miroirs, tu le sais bien, petite souillon."

A moitié assommée, tu te laisses traîner. Dans le lointain, une voix t'appelle, une voix que tu connais... que tu connaissais... la voix de quelqu'un que tu reconnais soudain. Et malgré ton mal tu te débats encore, regarde vers l'entrée, les portes ouvertes. Dans l'encadrement se dessine la silhouette d'un homme âgé. En son regard tu trouves la force de t'arracher au Mal. Elle hurle alors que tu échappes à sa poigne, alors que tu cours vers l'homme, te jette contre lui. Longtemps tu pleures dans ses bras, heureuse, le coeur éclatant en mille fragments d'espoir. Ça fait tellement mal que tu en ris, et tu es si heureuse. Durant des années tu t'es fait poussière d'attente. Et dans les bras de l'homme que tu aimes tu en comprends la raison.

Il y a vous deux, enlacés. Il y a l'aube qui se lève enfin.

La guerre avait cessé.


♫ Life is not a fairytale ♫


Dernière édition par Aria le Mer 30 Juin - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://toiledesmots.forumactif.org
Aria
Veuve noire
avatar

Messages : 2172
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 31
Localisation : Villeurbanne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Mer 30 Juin - 22:51

[justify]Texte de Koelia

A contre-sens


Sur le quai 17 de la gare de Lyon, le TGV s'ébranla doucement avant d'accélérer progressivement. Une toute jeune femme d'une vingtaine d'années resta figée, le regard fixe sur les rails. Elle serrait les bras autour d'elle, comme si elle cherchait à se réconforter toute seule. Elle sentait les battement de son cœur, lancinants, rythmant les mots qui résonnaient dans son esprit.
« Il est parti... Il est parti... Il est parti... »
- Ça va aller mademoiselle? »
Camille sursauta et esquissa un faible sourire avant de s'éloigner du quai. L'esprit comme enveloppé dans une bulle de douleur, elle marcha longtemps le long de la Seine, distraite seulement par une altercation entre un cycliste et une automobiliste.
« Vous ne voyez pas que vous êtes à contre-sens! » vociférait la femme.
Le mot lui brisa le cœur... A contre-sens, c'était toute l'histoire de sa vie... Elle sentit sa gorge se serrer, les larmes monter à ses yeux... Tout son chagrin refoulé refit surface et un long sanglot lui échappa. Elle tomba à genoux sur le trottoir, la tête entre les mains.
« Hé madame! »
Un vieux bouquiniste qui venait de finir de ranger ses livres et cartes postales dans sa traditionnelle boîte verte se précipita et l'aida à se relever.
« Vous vous sentez mal? Vous voulez que j'appelle les secours?
- Non! hoqueta-t-elle... Il est... parti... »
En découvrant son visage enfantin, le vieux bouquiniste eut un grand sourire qui illumina ses traits.
« Allons fillette, calme-toi, petite, là... Ça va aller... Il reviendra, tu sais... Ou alors tu en trouveras un autre bien mieux... Tu as la vie devant toi, fillette... »
Un gémissement sourd échappa à la jeune fille et ses sanglots redoublèrent. Elle leva vers lui un regard noyé de larmes qui le troubla. Ce n'était pas le regard d'une enfant. Il remarqua aussi la coiffure d'un style très classique, le maquillage qui essayait sans y parvenir de vieillir son visage, le tailleur pantalon chic et les escarpins.
« Allez viens t'asseoir ici fillette ! Regarde Notre-Dame comme elle est belle dans le crépuscule ! Regarde comme elle est apaisante ! »
Elle obéit au vieux bouquiniste et le suivit sur un banc au bord de Seine. Elle emplit ses yeux de la splendeur de la cathédrale. Ses sanglots finirent par s'apaiser devant la grâce des rosaces et des arcs-boutants. Le vieux bonhomme sourit.
« À la bonne heure! Dis-moi fillette, quel âge as-tu? Tes parents risquent de s'inquiéter! »
Camille haussa les épaules.
« J'ai soixante-quinze ans... »
Il sursauta et elle le regarda droit dans les yeux. Toute sa souffrance et sa maturité transparaissaient au fond de ce regard si étrange dans le visage juvénile. Camille hésita: face à elle le bouquiniste n'éclatait pas de rire. Il n'avait pas l'air inquiet, ni gêné, ni prêt à s'enfuir à toutes jambes... Il semblait juste attentif.
« Vous... vous me croyez?
- J'ai vu tellement de choses étranges dans ma vie, tu sais fillette... J'ai soixante-dix-huit ans, et plusieurs vies à mon actif. Raconte-moi! »
Camille ferma les yeux et se jeta à l'eau.
« Je suis atteinte d'un mal étrange qui laisse perplexe tous les membres du corps médical depuis ma naissance. Je suis née avec le corps d'une vieille femme, et tandis que mon esprit vieillit, mon corps suit à contre-sens les lois de la nature. A l'âge où les femmes se désespèrent de leurs rides, moi je surveille leur disparition progressive... Quand je mourrai, j'aurai le corps d'une enfant...
Elle se tut, observant la perplexité de son interlocuteur. Le bouquiniste secoua doucement la tête.
« Et un idiot d'adolescent s'est moqué de toi... crut-il comprendre.
- Non... Lucas n'est pas un adolescent, et il ne s'est pas vraiment moqué de moi. Mon cœur est brisé une fois de plus. Il m'aime. Mais il ne croit pas à mon amour pour lui, ni à cette malédiction qui a gâché ma vie. Il veut pas voir que nous sommes tous deux à l'automne de notre vie... Il ne veut pas affronter le regard des autres sur mon physique et le sien. Il a le même âge que moi...
- Je comprends son point de vue.
- Je le comprends aussi. J'ai aimé profondément déjà, plusieurs fois. La première fois j'avais douze ans et des rides de vieillarde... La deuxième fois nous étions en phase... J'avais le physique de mon âge. Un accident de voiture me l'a arraché. Avant que la nature de ma maladie ne nous ait séparés. Et cette fois, je croyais vraiment avoir un compagnon qui me survivrait. Être enfin un peu heureuse avant de m'en aller, avant de mourir...
Un long silence s'installa, un silence apaisé. La nuit était tombée et les lumières illuminaient le monument.
« Merci de m'avoir écoutée... » murmura Camille en se levant. Avoir prononcé à haute voix ses angoisses et son désespoir rendait la douleur un peu moins aiguë. Le vieux bouquiniste lui sourit.
- Ta jeunesse est devant toi, jeune fille ! Ma femme est morte lorsqu'elle avait ton âge: elle ne pouvait plus marcher, ne reconnaissait plus personne. Tu parlais de malédiction, mais peut-être est-ce une plutôt une chance... Réfléchis-y! Tu es jeune, et si tu tiens à ce Lucas, bats-toi pour lui. »
Camille serra la main qu'il lui tendait et repartit en marchant doucement. Lorsqu'elle se retourna, il avait disparu. Son cœur battait plus vite, et plus fort. Elle prendrait le prochain train, elle prouverait aux héritiers de Lucas qu'elle se fichait de leur fortune, elle lui prouverait qu'elle l'aimait.


♫ Life is not a fairytale ♫


Dernière édition par Aria le Mer 30 Juin - 22:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://toiledesmots.forumactif.org
Magma
Correcteur/trice
avatar

Messages : 1761
Date d'inscription : 02/12/2009
Age : 21
Localisation : Bretagne =)

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Jeu 1 Juil - 0:41

Le premier texte est à la fois troublant est tellement bien décrit... Je me sentais au cœur même de la scène. Les émotions ressortent bien. J'ai vraiment aimé.

Le deuxième texte aussi est bien. Il se rapproche peut-être plus du sujet que le premier. Il se calque plus su rl'idée du texte que l'on se fait lorsqu'on lit le sujet.

Les deux sont bien écrits et agréables à lire.
Enfin bref, j'ai voté.
Revenir en haut Aller en bas
http://lecabanon.gamingblog.fr/
Isis
Correcteur/trice
avatar

Messages : 1247
Date d'inscription : 13/11/2009
Age : 38
Localisation : Auvergne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Jeu 1 Juil - 11:09

Oh, dur de voter. J'aime les deux textes.

Akura : j'adore la narration que tu as choisie ; cette façon d'interpeler d'un "tu" l'héroïne pour raconter son histoire, c'est bien joué : on est pris dans les filets de ton texte. Bravo. La fin me laisse un peu plus perplexe : elle n'est pas assez développée, je trouve.

Koelia : Camille est vraiment émouvante, on partage ses peines, ses espoirs déçus. Et le bouquiniste me plaît bien, tout en sagesse et gentillesse. Un vrai mentor, alors qu'il n'a finalement que 3 ans de plus qu'elle.


Je nage dans le bonheur avec mes trois anges et leur père...



Un faune et des fleurs : http://isis2.gamingblog.fr/
Le Legacy de la famille Des Rivages : http://isis3-legacy.gamingblog.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://isis2.gamingblog.fr/
Akura
Journaliste
avatar

Messages : 701
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Shangri-la

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Ven 2 Juil - 12:21

Merci les gens ^^

Isis, c'est vrai que j'ai eu de la peine avec cette fin, et que encore maintenant j'en suis insatisfaite... en écrivant, j'ai fais que limiter les dégâts xD


Sommes-nous...

"Tout ce qui sort de la bouche du Pink Floyd ne peut - par définition - être mauvais."
Revenir en haut Aller en bas
http://akura.blogspace.fr
Nasturtium
Veuve noire
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 23
Localisation : LR.

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Ven 2 Juil - 15:52

Ça va être dur de voter, vraiment les deux textes m'ont plu.

D'un côté, le premier texte est troublant, chaque sentiment du personnage se ressent, et le "tu" a bien sa place. Ça donne une familiarité et en même temps une distance... Mais comme Isis, la fin aurait pu être développée à mon goût.

De l'autre côté, le deuxième texte est touchant et émouvant. On se met à la place de la jeune fille, elle est attachante.
Revenir en haut Aller en bas
Aria
Veuve noire
avatar

Messages : 2172
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 31
Localisation : Villeurbanne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Sam 3 Juil - 14:10

oula c'est serré vous êtes à égalité ^^" j'invite celles et ceux qui n'ont pas encore voté de le faire =)

p.s: vous avez jusque ce soir disons 20 heures ^^


♫ Life is not a fairytale ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://toiledesmots.forumactif.org
Nasturtium
Veuve noire
avatar

Messages : 1652
Date d'inscription : 11/11/2009
Age : 23
Localisation : LR.

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Sam 3 Juil - 21:24

Les votes sont désormais clos, je vais pouvoir annoncer le résultat :
Étant à égalité (4 votes de chaque côté), vous remportez toutes les deux cette battle !
Revenir en haut Aller en bas
Isis
Correcteur/trice
avatar

Messages : 1247
Date d'inscription : 13/11/2009
Age : 38
Localisation : Auvergne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Sam 3 Juil - 21:45

Et bien, c'est cool ! Parce que j'aimais vos deux textes. Bravo à vous deux.


Je nage dans le bonheur avec mes trois anges et leur père...



Un faune et des fleurs : http://isis2.gamingblog.fr/
Le Legacy de la famille Des Rivages : http://isis3-legacy.gamingblog.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://isis2.gamingblog.fr/
Koelia
Journaliste
avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 21/02/2010
Age : 40
Localisation : Planète Mars

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Sam 3 Juil - 22:13

coool! Suis contente qu'on reste ex aequo!
Revenir en haut Aller en bas
Aria
Veuve noire
avatar

Messages : 2172
Date d'inscription : 09/11/2009
Age : 31
Localisation : Villeurbanne

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Dim 4 Juil - 0:09

Bravo les filles ! ^^


♫ Life is not a fairytale ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://toiledesmots.forumactif.org
Akura
Journaliste
avatar

Messages : 701
Date d'inscription : 11/11/2009
Localisation : Shangri-la

Votre personnage :)
Vous :):

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Dim 4 Juil - 13:09

Merci beaucoup et bravo à Koelia j'avais adoré ton texte (=


Sommes-nous...

"Tout ce qui sort de la bouche du Pink Floyd ne peut - par définition - être mauvais."
Revenir en haut Aller en bas
http://akura.blogspace.fr
Koelia
Journaliste
avatar

Messages : 381
Date d'inscription : 21/02/2010
Age : 40
Localisation : Planète Mars

MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   Dim 4 Juil - 21:47

Pareil Akura! *enfin j'aime beaucoup ton texte moi aussi^^*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Textes] Koelia VS Akura [équipe 2 ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Transferts de textes
» Textes en ligne en italien.
» Vos compos, vos textes sont les bienvenues
» Une possibilité d'éditer ses textes *
» beaux textes qui font réfléchir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[Fermé] La Toile des mots [Fermé] :: Concours de tissage :: Battle du mois de Juin-
Sauter vers: